muse_resistance_album_artMa pauvre muse, hélas ! Qu’as-tu donc ce matin ?
Tes yeux creux sont peuplés de visions nocturnes,
Et je vois tour à tour réfléchis sur ton teint
La folie et l’horreur, froides et taciturnes.

Le succube verdâtre et le rose lutin
T’ont-ils versé la peur et l’amour de leurs urnes ?
Le cauchemar, d’un poing despotique et mutin,
T’a-t-il noyée au fond d’un fabuleux Minturnes ?

Extrait de La Muse Malade,

in Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire

 

Je ne vois pas quoi dire d'autre, il y a un siècle et demi le prophète maudit avait prédit l'avènement de la déchéance...enfin disons qu'il avait la chiasse, et que ça lui a inspiré cette vision d'horreur.

Déjà, la bouse qui sert de jaquette, dans le genre fond de cuvette ça se pose là; non mais sans déconner, c'est une insulte au bon sens. Et au bon goût. Alors le retour aux 80's, je veux bien, mais pourquoi tout le monde s'échine à ne ressortir que ce que cette décennie a produit de pire ? Je veux dire, là où par exemple le dernier Depeche Mode suit la vogue en allant titiller l'avant garde, -même si les choix sont discutables et l'album pas franchement abordable à la première écoute- Muse n'en ressort que du kitschos...Allez, ne soyons pas trop méchants -si, je le suis déjà, mais faut dire j'ai écouté l'album, donc je déverse quoi...-, ne nous arrêtons pas à ça, plein d'excellentes galettes se sont fartées une jaquette digne d'un gars qu'on aurait euthanasié en quarante.

Muse a finalement accepté de succomber à l'appel de la mégalomanie totale, du pompeux pompé, du grandiloquent creux, dont l'imagination semble aussi vide que la prétention est vaste.

Déjà, avec Blackholes -pas de jeux désobligeants, merci-on avait le droit d'être inquiets quant à l'orientation future du combo. En interview, ça virait franchement mystique de l'espace, tendance new age pas inventive et du genre: je suis un extraterrestre de génie, et je vais me battre pour le salut de la planète...ouais; j'avais déjà pas apprécié cette concurrence, le sauveur du monde, connard, c'est moi !

J'avais des doutes, je me disais qu'ils n'étaient pas bien malins mais doués pour sortir de la musique sympa et un peu originale...cet album prouve que j'avais tort, et rien que pour ça je les déteste. Rien à retenir, j'ai bien essayé, mais l'écouter en entier a été franchement difficile, et vraiment chiant. Pourtant, j'aime bien aussi parfois être surpris par une musique inventive et travaillée; par ailleurs, j'ai quand même ma petite culture classique, et je sais discerner une bonne interprétation d'une œuvre de sa version vendue à deux euros chez Lidl. En connaissance de cause donc, je peux sans hésiter déclarer que tout ça ne vaut pas tripette. Les gamins ont vieilli, ont fini par se prendre carrément au sérieux, et oublier ce qui évitait à leur musique de sombrer dans ce genre de divagations peu recommandables : la fraîcheur.

Mais là, le génie, c'est encore de ne pas s'émouvoir devant tant de prétention boursoufflée. Déjà que leurs textes n'étaient pas brillants...Avant, j'aimais bien Muse, d'autant que ça me rappelle de bons souvenirs, et que la démarche Powerpop ça me touche pas mal. Mais il a fallu que ça se croit capable de réinventer Queen, d'avoir le droit d'intégrer du Chopin en le jouant très mal, d'être assez doué pour composer pour du philharmonique, le tout en imaginant pouvoir écrire la prochaine décennie de la pop britannique. Raté les mecs, c'est juste creux, prétentieux, pas inspiré, puant, et pour tout dire de la part d'un mec qui vous avait cru capables de faire du bon boulot, plus que décevant. Dommage.

Comme vous semblez tellement aimer l'espace, je vous enjoint donc à rejoindre Raël et à nous foutre la paix avec vos errances musicales:

rael_guitar

Viendez Matthew et tes copains, moi aussi j'aime la musique, même que c'est le Jesus de l'espace qui m'a donné tout ce talent, comme vous. Venez, on va sauver l'humanité ensemble, cloner votre talent incommensurable et initier les enfants à la sexualité dès quatre ans; vous verrez, ça ne fait jamais que huit ans de moins que ce que vous tronchez dans vos loges...

 

EXTRAIT DE L'ANCIEN BLOG "INNERUNKNOWN" - Automne 2009 -

Note : Et après quelques mois, même en forçant, il n'y a pas à dire, cet album est toujours aussi indigeste, auto-caricatural et bourré de redites insupportables. Je reste à ce qu'ils firent précédemment.