pinocchioEntre ma vie personnelle et les conneries qu'on nous balance aux infos, la réalité du "Tu veux faire quoi quand tu seras grand" et des notions d'immortalité de l'âme, une réflexion aujourd'hui sur la bêtise que j'ai de toujours vouloir être honnête :


Quand on est petit et que les gens nous disent des mensonges, c'est toujours plus ou moins pour notre bien -le Père Noël, les cigognes quand maman crie la nuit, le royaume des chats où est partie la minette, Dieu, etc...-; mais une fois qu'on est grand, quand on nous ment - la baisse du chômage, l'amour éternel, Dieu, etc...-, c'est toujours plus ou moins dans l'intention à peine dissimulée de nous introduire quelque chose -généralement long, dur et râpeux- dans l'intimité de notre petit cucul.
Grandir, c'est nul

EXTRAIT DE L'ANCIEN BLOG "INNERUNKNOWN" - Automne 2009 -