Dernier poème
P150210_18
Sous l'écorce glacée de tes yeux de verre
Se retranche un organe au reflux hésitant
Et qui dans sa torpeur filtre un sang délétère
Dont la viscosité est un monstre rampant

Ce givre sur ton cœur, dont les sursauts austères
Distillent le Léthée sur la lymphe des temps,
Fixe tout doucement les cristaux de l'hiver,
Pour bâtir un palais aux pavés indécents.

Et si le premier fat, d'un regard t'ensorcelle,
Faisant fondre ce bloc à mes jours si sévère
Tu te rappelleras quelques aveugles chairs

Car ces colonnes aux frontons d'or sont irréelles,
Et si dans mon regard l'éternité s'étend
La glace de ton cœur figera ton instant


Béziers, Novembre 2009