IMG_0799Il y a quelques mois, dans le cadre des cours publics de l'EESAB de Brest, on nous a proposé un exercice en cours de dessin : travailler autour du texte, croiser les regards entre les mots et l'image, illustrer une chanson, un poème...

Inutile de dire que ce sujet en particulier a tout particulièrement motivé ma feignasserie dilettante ! Du coup, j'ai eu envie de bosser sur la nuit et, tant qu'à faire simple, d'envisager le rendu graphique du blanc sur fond noir...Un sacré challenge puisque ce fut une première, et qu'il a fallu que je repense entièrement le dessin qui sous cet angle inversait pas mal la donne...Bref, j'en ai un peu fait caca, mais ça a été une expérience vraiment sympa, et au final ça a été un défi, sinon brillamment relevé, en tous cas vraiment super intéressant.

Voici donc le résultat de l'exercice, essayant alternativement d'illustrer un texte, ou au contraire d'écrire autour d'une image....

 


 

nu 001_lightCœur de nuit

A l'ombre de nos cœurs et la chambre mi-close,

Et tandis qu'au dehors la lune en tournoyant

Déploie tout alentour sa lumière grandiose,

La fraîcheur de nos baisers écume les instants.

A mi-noir, à mi-nus, nous marquons une pause,

Une sieste légère à l'abri des tourments :

Quelques heures volées, sans paroles ni gloses,

Pour goûter loin de tout quelques gouttes de temps.

Quelques soupirs et un baiser que je dépose

Sur ton cœur amoureux et ton ventre brûlant;

Quelques caresses, un petit mot, entre autres choses,

Et un petit brin d'air vient frôler ton sein blanc.

 


 

Champs Nocturnes

Inquiétude légère des chemins incertains :

Se faire peur sous les ombres rassurantes des contes d'hiver, et se réchauffer des monstres sous un lit de feuilles alanguies sur l'humus et la brise du soir.

Au loin la lune, dans un éclat de rire et le chant des ruisseaux joueurs, nous raconte les branches décharnées des arbres comme autant de mains de sorcières :

                Mais c'est juste pour rire,

                               Alors les étoiles poursuivent leur course tendre sur le tapis de neige des champs nocturnes.

forêt 001_light

 


 

Desert 001_light

 

 

Trois petits pas dans la nuit

Les grains de sable doux et soyeux qui glissent de tes pieds nus.

La brise du soir qui ondule tes cheveux parmi les ramures des buissons sauvages.

La lune qui confond les courbes des dunes avec celles de ta peau.

 

 

 

 

 


lune 001_light

Séluné

Petit astre moqueur aux allures mutines,

Gardienne légère, inconstante et futile,

Petit halo rieur, céleste Colombine,

La lune restera une amante indocile.

De ta tendre courbure aux promesses d'idylle

Le chemin de ta course, ô belle ballerine,

Se fait noire oraison à la mort et l'exil

Pour qui veut embrasser ta peau sous tes épines.

Un coup oui, un coup non; lumières et ténèbres

Sont deux bras cajoleurs sur tes faces divines

Qui tantôt encouragent, et tantôt assassinent !

Mais pour peu que d'humeur tu ne sois moins funèbre,

Tes mystères charnels, ô ma tendre Sibylle,

Me feront à jamais ton esclave fébrile.

 


 

Tempêtes

Sait-on assez le puissant bruissement de la houle qui lourdement roule sur le roc balayé par les rafales ?

Le frisson rugissant des embruns arrachés en rouleaux éclatants sur les rochers détrempés de la grève  ?

Le râle inquiétant e la barque broyée sur la falaise, et dont le bois tordu et noirci par le sel craque en hurlant au gré des remous ?

Le reflux sauvage et inquiétant de la tempête qui étreint le cœur, tout en purifiant l'âme et en rehaussant de ses couleurs la lassitude des jours ?

                Sait-on assez le pouvoir

                               apaisant et salvateur

                                               de l'océan en furie ?

océan 001_light