Retour à SeptembreP220810_18

Le monde ce matin a repris sa fraîcheur
Recouvrant à l'aurore un élan familier
Dont l'écho frissonnant rejette au loin l'été
Pour dresser alentour un tableau enchanteur.

Oubliant le marteau d'Hélios au bras ardent
La nature est bientôt couverte de dorures
Où la rosée aux rayons doux du jour naissant
Étincelle les herbes, les fleurs et les ramures.

La promesse d'automne, au souffle salvateur,
Balaie le souvenir de nos yeux desséchés
Par le feu estival; et serrant nos pensées,
Console la brûlure, et nos vies, et nos cœurs.

Septembre en attendant les jours d'hiver chantants
Glisse doucement le long des embrasures
Et étend sur le monde un lavis en riant
Qui étanche la soif d'une terre en armure.

Et cet air lancinant chante sur les heures
Mélodie vaste et belle aux accents délavés
Elle court sur nos joues et scande nos années
Et cajole nos rêves, rehausse les odeurs...


Béziers, septembre 2010